A quelle période de la vie l’origine de la névrose actuelle est-elle à rechercher ? Comportementaliste animalier

Contact

Publié le 26 septembre 2018 à 12:44 par Vox Animalis | Dans Chiens, Psychologie

D’une manière générale, la névrose est due à un conflit psychique non résolu (impossibilité de choisir entre 2 pulsions contradictoires, d’intégrer un interdit, de surpasser un traumatisme, …). En fait, c’est une étape de la maturité psychique qui n’a pas été franchie.

C’est au sens temporel que doit être entendu le mot « actuel ». Toutes les névroses auraient leur origine dans la vie sexuelle, mais les névroses actuelles sont dues à des « désordres de la vie sexuelle actuelle »

À force d’accumulation d’angoisses irrésolues, une situation sociale rejouant la scène traumatique va être la goutte de trop.

On appelle névrose actuelle celle provoquée par un traumatisme récent ou à une souffrance narcissique.

 Si la psychanalyse de Freud, cherche à expliquer le présent en questionnant beaucoup le passé (en priorité les fantasmes pervers et infantiles) la psychanalyse jungienne reste, elle, centrée dans l’actuel.

Freud montre que l’angoisse provient d’une accumulation d’excitation, dont l’origine est somatique. Cette excitation somatique est de nature sexuelle et se produit parallèlement à un décroissement de la participation psychique dans les processus sexuels : « La névrose d’angoisse est le résultat de tous ces facteurs qui empêchent l’excitation sexuelle somatique de s’exercer psychiquement.

Freud va même jusqu’à dire que le vrai remède du nervosisme dans le mariage serait plutôt l’infidélité, mais la femme vertueuse y répugne, le conflit est né.

Celui qui veut être plus noble que sa constitution tombe dans la névrose. Mais, ordinairement, il se trouve dans la même famille que les hommes sont immoraux, et que les femmes restées honnêtes sont névrosées.

Quelles sont les fonctions qu’altère la névrose canin

Rares sont les professionnels qui parlent de névroses canines mais si l’on considère que les troubles du comportement sont assimilés à une névrose alors certaines fonctions seront altérées par ces différents troubles.

Altération des fonctions urinaires :

Le chien atteint du syndrome HS-HA, ou de phobie peut présenter des signes d’anomalies des fonctions urinaires, similaire au réflexe encore non contrôlé du chiot.

Altération du comportement de prise de boisson (comportement dipsique) :

Le chien absorbe de grandes quantités d’eau (plusieurs litres) et boit dès qu’il en trouve. Cette activité substitutive est un signe d’anxiété permanente.

Les activités substitutives peuvent être comparées aux troubles obsessionnels compulsifs de l’Homme.

Le chien atteint du syndrome HS-HA peut aussi présenter des signes de potomanie.

La diminution de la prise de boisson d’origine comportementale est extrêmement rare et se retrouve dans les états pathologiques lors de stress intense.

– Altération du comportement alimentaire :

L’hyporexie anorexie souvent déclenchée par un stress qui se transforme en dépression. 

La boulimie ou polyphagie  peut apparaître chez des chiens stressés en permanence, notamment par leur condition de vie (exemple: milieu clos), ou de l’ennui, des absences très fréquentes des maîtres, etc. 

Le « pica » est un trouble du comportement alimentaire qui se caractérise par l’ingestion de substances impropres à la nutrition. Ce comportement est souvent lié à une angoisse ou un stress.

  • altération du comportement sexuel

Ce trouble du comportement chez le chien a été observé chez des sujets qui n’ont tissé aucun lien d’attachement pendant leurs premières semaines de vie.

Ils souffrent donc d’une carence d’imprégnation. Ce trouble du comportement est typique de la dépression de détachement, l’une des pathologies comportementales les plus graves que l’on connaisse dans l’espèce canine.

La castration devenue une obligation contre les comportements sexuels indésirables génère malheureusement une aggravation de nombreux problèmes de comportements. 

Comportement et thyroïde :

L’hypothyroïdie est la cause de nombreux problèmes de comportement…
Suivant une étude de Jean Dodd et Linda Aronson (1999), de nombreux problèmes de comportement sont en corrélation avec une hypothyroïdie. 

  • Comportement anormal en général : 63% hypothyroïdie 

  • Agressions : 62%, surtout agressions envers humains.

  • Convulsions: 77% 

  • Peurs et anxiété : 47% 

  • Hyperactivité : 31%  

Portrait d’un animal névrotique

Éléonore est une jeune chienne labrador de 5 mois, adorable, gentille, aimante mais elle détruit tout quand elle est seule !!!

Sa propriétaire ne sait plus quoi faire car elle vient tout juste de trouver un travail et ne peut donc pas rester à la maison, comme avant avec Éléonore, H24.

Éléonore provient d’un élevage qui depuis peu a fermé ses portes pour cause de maltraitance envers les animaux.

Sa propriétaire, Joséphine l’a récupéré par le biais de la SPA qui dans l’urgence cherchait un foyer pour tous les chiens de l’élevage.

Au chômage à ce moment là, sauver ce chiot lui semblait nécessaire pour l’animal et pour elle-même, pensant que les journées seraient moins longues avec un chien…une jeune chienne d’à peine 2 mois…

Éléonore a été récupérée au milieu d’excréments, leur mère malgré le manque de nourriture, de lumière et de soins dans cette cage exiguë a pu maintenir en vie les 5 frères et sœurs de la portée, tous ont été replacés, la mère aussi mais loin de ses chiots car sa faiblesse ne lui permettait plus de s’en occuper.

Éléonore, depuis que Joséphine est absente 4 heures le matin et 3h30 l’après midi s’est mise à trouver un goût agréable au canapé, s’est mise à lire, peut être car la bibliothèque est vidée et les livres sont éparpillés au sol, certains finissent en confettis, elle s’est aussi prise de passion pour les plantes vertes, particulièrement les pots en plastiques qui sont mastiqués jusqu’à perdre leur formes arrondis.

Lorsque Joséphine prends sa pause à midi et qu’elle rentre à l’appartement elle passe son heure à nettoyer la maison, n’a plus le temps de manger, ni de sortir Éléonore pour un tour dans le parc.

Joséphine pense trouver un nouveau propriétaire pour Éléonore car ce n’est plus possible, elle se dit pourtant que sa chienne est jeune et que ses bêtises sont « légitimes », elle se dit qu’elle l’aime alors avant cette décision douloureuse et irréversible, elle décide de prendre rendez vous avec un comportementaliste, qui après une consultation approfondie, pourra proposer une solution efficace pour que l’harmonie revienne au foyer.

Les éléments fournis par Joséphine permettront au professionnel de définir si Éléonore souffre d’anxiété de séparation, d’hyperactivité ou de crises de panique.

Commentaires

Ecrire une réponse ou un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.